Commission énergie du Parti communiste français

Commission énergie du Parti communiste français
Accueil
 
 
 
 

ECOTAXE : une capitulation en rase campagne !

 

Ainsi le gouvernement vient d’annoncer son renoncement à faire payer la circulation des poids lourds sur les routes de notre pays. Pourtant cette mesure avait fait l’objet, au cours de la mandature précédente, d’un vote unanime du parlement! On se souvient que suite à la mobilisation dite des « bonnets rouges », le gouvernement avait déjà reculé en transformant l’écotaxe en un péage de transit poids lourds, d’une part en réduisant le nombre de routes concernées et d’autre part une diminution de près de la moitié des recettes. Aujourd’hui, c’est vraisemblablement un manque à gagner pour le financement des infrastructures ferroviaires et fluviales !

 

C’est vrai que cette disposition n’était pas parfaite. Outre le coût de sa mise en œuvre, elle taxait, de la même façon, le transport de grand transit comme l’indispensable desserte de proximité, locale ou régionale.

 

Alors que la quasi-totalité des pays européens a mis en place des systèmes visant à faire participer, de manière directe ou indirecte, le transit des marchandises à l’entretien de leur réseau routier, la France se permet de renoncer à tout début de disposition en ce sens.

 

Pourtant la France est depuis très longtemps le lieu de passage d’une multitude d’itinéraires entre le Nord et le Sud de l’Europe, et au delà. Et à l’heure d’une économie de plus en plus mondialisée, les flux de marchandises ne font qu’augmenter, et il est indispensable de relocaliser les productions au plus prés de leur utilisation par les citoyens : faire payer aux transports routiers ce qu’ils coutent réellement à la société est un des moyens indispensables. Il faut également orienter les flux vers les solutions les moins polluantes et les plus économes possibles. Il est indéniable que le transport par rail, par voie fluviale ou maritime est plus performant, même s’il ne rentre pas dans les canons du « flux tendu » cher aux tenants du « tout marché ». Il est clair en tout cas que le transport routier est le plus pénalisant en termes de gaz à effets de serre !

 

Le signal donné hier est extrêmement mauvais, et ce ne sont pas l’échappatoire d’un prélèvement sur les profits des sociétés autoroutières qui fera illusion. On peut malheureusement craindre qu’au final, ce soit l’usager individuel qui doive mettre la main à la poche via les péages autoroutiers et l’augmentation des carburants.

 

Cette annonce est d’autant plus préoccupante qu’elle intervient au beau milieu du débat sur la transition énergétique en cours à l’Assemblée nationale. Elle vient contredire dans les faits les déclarations d’intention prodiguées par la Ministre dans le débat. Décidemment, il reste beaucoup de chemin à faire pour que cette loi nous convienne.

Paris, 10 octobre 2014

 

Valérie Goncalves,                                            Hervé Bramy
membre du Conseil National                          membre du Conseil National

chargée de l’Énergie                                        chargé du Pôle Écologie

 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.